Passez votre  » 1er Dan entrepreneur « 

  /  POSTURE MANAGERIALE   /  Passez votre  » 1er Dan entrepreneur « 

Passez votre  » 1er Dan entrepreneur « 

Faire le point sur votre situation d’entrepreneur

Le « Dan » est un mot japonais dont l’équivalent français serait le grade. C’est un terme essentiellement employé dans les arts martiaux (judo, aikido, etc.) mais également auprès de différentes pratiques appartenant à la tradition japonaise. Il permet de différencier les niveaux d’expérience ou de maîtrise atteint par ses pratiquants. Le terme « Dan » peut donc être transposé à notre pays et plus particulièrement au statut d’entrepreneur.

Un chef d’entreprise, lorsqu’il se lance dans un nouveau projet, est généralement en grande partie absorbé par ce dernier et manque peut être d’un peu de recul qui lui permettrait de concilier au mieux les valeurs qu’il défend, les ambitions affichées et le talent pouvant être déployé. Surtout, un entrepreneur doit posséder les compétences et les outils qui l’habiliteront d’une part à faire de lui le meilleur manager possible et d’autre part, à valoriser au mieux les capacités de ses collaborateurs et employés.

Quelles capacités et compétences pour pratiquer la posture d’entrepreneur?

N’hésitez pas à réaliser un Bilan BCAEcompétences et agilités entrepreneuriales vous définirez ainsi les axes de travail pour passer ce premier « Dan » .Cet état des lieux vous permettrade positionner vos points forts et de points de vigilance pour adopter la bonne posture entrepreneur heureux et efficace.

Quelle formation pour passer un palier supérieur ?

Une formation leader équipe (ou de leadership)formation de leader en équipe doit justement permettre à un entrepreneur de passer un cap, d’obtenir en quelque sorte ce premier « Dan » qui en appellera d’autres.Ce type de formation cherche à développer plusieurs compétences distinctes pour un entrepreneur. Parmi celles-ci, l’une des plus importantes vise à apprendre comment bien motiver son effectif grâce à un juste équilibre entre stimulation et encouragement. Différentes méthodes de management pourront être étudiées et un entrepreneur se devra ensuite d’ajuster la sienne de façon à ce qu’elle soit la plus cohérente possible avec le fonctionnement de l’entreprise. Par exemple, un management participatif favorisera non seulement la cohésion d’équipe et la responsabilisation des salariés mais permettra également de faciliter les processus de communication.

C’est d’ailleurs en cela qu’une est idéale auprès d’un entrepreneur souhaitant bien connaître les différentes techniques de communication et d’affirmation.Une formation en leadership demeure propice afin qu’un entrepreneur apprenne précisément de quelle manière accompagner ses collaborateurs dans l’accomplissement de leurs objectifs. Les managers seront aussi en mesure de développer leur assurance et leur faculté à déléguer au moment opportun.En interne, une telle formation a pour finalité de parvenir à créer un environnement sain où les collaborateurs pourront donner leur avis, gagner en responsabilisation, influencer les prises de décision et s’épanouir d’un point de vue créatif. Ce dernier élément aura comme conséquence une augmentation notoire de la productivité de tous les salariés.

Une formation en leadership entrepreneurial doit permettre à un manager de s’adapter aux changements (interne et externe) pouvant influencer son entreprise. Elle l’habilitera également à posséder les facultés nécessaires en terme de gestion des relations avec les clients et les partenaires de son entreprise.

Quelle est la raison d’être de votre projet d’entreprise ?

En parallèle d’une formation en leadership, un entrepreneur se doit de (re)définir sa raison d’être, c’est à dire l’ambition générale qui anime son entreprise et par extension le sens et le but qu’il souhaite donner aux activités de celle-ci. Il faut noter que la loi PACTE (loi dédiée à la croissance et la transformation des entreprises) votée en 2019 soutient cette notion. Elle pourra être précisée parmi les statuts d’une entreprise comme le montre l’article 1835 du Code civil.

La raison d’être d’une entreprise est un outil stratégique dont la bonne définition contribuera à attirer puis fidéliser de nouveaux clients possédant les mêmes valeurs. Un engagement concret, une cause environnementale ou sociétale défendue restent en effet d’excellents moyens de se différencier de la concurrence.

Bien à vous au plaisir d’échanger

Leave a comment